hidroterapia_colon

Témoignages

Dans cette section nous vous offrons un extrait du livre " Intestin libre - Se soigner et se purifier par l'hygiène intestinale " du Docteur Bernard Jensen, qui a écrit un grand nombre de best-sellers traitant de l’alimentation thérapeutique.

Le docteur Bernard Jensen est un des médecins naturalistes nord-américains les plus connus. Grand iridologue et expert en nutrition de succès international, il a reçu de nombreuses distinctions grâce à ses recherches et à ses travaux de vulgarisation.

À l`âge de quatre-vingt dix ans il continue son activité comme d'enseignant.

Dans l'extrait de ce livre, le Docteur Jensen raconte ses premières approches de l’hydrothérapie du côlon et ses découvertes.

"À une époque où les médecins faisaient encore des visites à domicile, alors que je commençais à peine dans la branche sanitaire, le docteur Glen Sipes me demanda de l’accompagner à une visite à domicile à Oakland, en Californie, où on l’avait appelé de toute urgence. Quand nous sommes arrivés nous avons trouvé un homme d’une trentaine d’années alité avec une forte fièvre, une couleur de peau rouge-betterave et des douleurs dans toutes les extrémités du corps. Le Docteur Sipes ausculta attentivement et soigneusement (en donnant des petits coups) la partie abdominale de l’homme qui correspondait à l’intestin et demanda alors au patient : « êtes-vous allé aux toilettes ? » "
– Non – répondit le patient
– Etes-vous allé aux toilettes hier ? – lui demanda le Docteur Sipes.
– Non – répondit à nouveau le patient
– De quand date la dernière fois que vous avez déféqué ? –demanda le docteur.
– Je ne m’en souviens pas.

Immédiatement après, le Docteur Sipes demanda à la mère du jeune homme de préparer un lavement, mais la mère ne savait pas de quoi il s’agissait. Alors, le docteur Sipes sorti dans le jardin, coupa un bout de canne avec son couteau et la vida avec un fil de fer. Quand il retourna dans la maison il demanda à la mère du patient de mettre de l’eau à chauffer ; il inséra l’extrémité de la canne creuse dans l’anus du patient puis il fit passer de grandes quantités d’eau chaude à travers le rectum. Après plusieurs lavements, la fièvre du patient diminua, il recouvra sa couleur naturelle de peau et ses douleurs disparurent. Et tout cela en moins d’une heure.

Je n’aurais jamais pu imaginer que quelqu’un aurait pu ressentir une telle sensation de soulagement simplement en lavant son intestin. Je devint un croyant ! Je l’avais vu de mes propres yeux !

Peu de temps après, je passai quelque temps avec le docteur Max Gerson, dans son laboratoire du New Jersey. Le Docteur Gerson était un médecin qui utilisait les lavements pour nettoyer l’intestin de ses patients. Il écrivit un livre appelé « Une thérapie du cancer : résultats de cinquante cas ». En observant le docteur Gerson, je confirmai ma croyance au sujet du nettoyage intestinal, même si je ne comprenais pas encore cette technique.

Quand je lus les œuvres de Sir W. Arbuthnot Lane, médecin de la famille royale britannique, j’observai que les interventions chirurgicales qu’il réalisait pour extraire les parties malades du côlon, guérissaient parfois complètement les douleurs situées dans d’autres endroits de l’organisme, comme par exemple, l’arthrose, l’asthme et les affections tyroïdiennes. Je pensais qu’il devait y avoir une connexion entre l’intestin et les autres parties du corps, mais, laquelle ? Je me sentais comme un détective à la recherche des pistes nécessaires pour résoudre un grand mystère.

Pendant cette longue période de plusieurs années, je me familiarisai avec la loi de guérison de Hering. Le docteur Constantine Hering, homéopathe européen, était venue dans notre pays où il était devenu membre du Collège d’Homéopathie de Philadelphie. Il soutenait que tout processus de guérison allait de l’intérieur vers l’extérieur, de la tête aux pieds et vice-versa, selon le liey d'apparition des symptômes. Selon lui, cette loi est une « aubaine dont on a jamais profitée » qui n’a jamais été utilisé correctement. Le Docteur Hering savait parfaitement de quoi il parlait, mais je doute que les autres homéopathes comprenaient ce qu'il voulait dire. Au début je ne fis pas non plus le rapport avec les intestins. Je croyais que la loi du Docteur Hering était liée à la toxémie et son traitement au moyen du jeûne, comme l’avait enseigné le Docteur John Tilden dans son livre « Toxémie et désintoxication ». Je n’avais pas encore tout compris.

À cette époque, dans les années quarante, plusieurs patients venaient me consulter pour des douleurs situées à un endroit spécifique de l’intestin, et suffraient en plus d'un cancer ou d'une autre maladie grave étendue à d’autres endroits du corps. Quelques patients réussirent à guérir complètement grâce au jeûne, à un régime spécial ou à un autre genre de thérapie dépurative. J’obtenais d’incroyables résultats avec mes patients, je leur montrais comment procéder pour obtenir une crise de guérison. Une crise de guérison est un moment de crise pendant lequel le corps s’efforce à son maximum de se débarrasser par lui - même du mucus et du rhume. Les anciens symptômes réapparaissent puis disparaissent. L’excrétion intestinale est souvent extraordinaire. Les crises de guérison ont l’habitude de durer entre trois et sept jours et elles apportent toujours l’inversion d’une maladie chronique. Et les intestins sont toujours impliqués dans cette crise.

Je me souviens que Rudolph Valentino, la star de cinéma, est mort après avoir subi de nombreuses opérations à cause de problèmes intestinaux. Depuis, j’ai décidé d’analyser les faire-part des personnages célèbres du monde de la politique et du cinéma; j’ai été très surpris en constatant que la plupart d’entre eux était décédés à cause de problèmes liés à un ou plusieurs canaux d’excrétion corporelle. En même temps j’ai appris que lorsque l’intestin travaille moins que d’habitude, les autres canaux d’élimination (la peau, les reins, le système lymphatique et les poumons) travaillent excessivement. Pendant une crise de guérison, il existe énormément de symptômes dont la cause directe est l’intestin, quand quelque chose ne fonctionne pas bien dans notre corps.

Je me rendis compte que chaque année des tonnes de laxatifs étaient vendus car la constipation et d’autres troubles liés à l’absence ou au manque d’activité intestinale se répandaient de plus en plus parmi la population. À peu près 80 % des patients qui visitent leur médecin ont une maladie chronique. Existe-t-il une relation ?

Probablement en raison de l'excès de travail, je commençai à avoir mes propres problèmes intestinaux. Je décidai alors de réaliser un traitement que le Docteur Shaffer, une infirmière qui avait étudié auprès du Docteur V.E. Irons, avait appelé colema (hydrothérapie du côlon). Ce traitement m'aida beaucoup, et je commençai à l'utiliser dans mes propres travaux, alors même que je développais le programme essentiel de nettoyage des tissus. Mes connaissances et compréhension à propos de l’intestin augmentaient et j’obtenais chaque fois de meilleurs résultats avec mes patients.

Afin d'en savoir plus à propos du réflexe intestinal, que j’ai appelé réflexe de l’arc neural, je commençai à étudier l’embryologie. J’appris que pendant sa deuxième semaine de formation, l’embryon a la même forme qu’un tube digestif primitif, et que son système nerveux commence à se construire, ce qui signifie que les tissus intestinaux et nerveux sont étroitement liés. Au cours de la quatrième semaine, les poumons et le foie commencent à se développer à partir des tissus intestinaux et nerveux. Pendant la sixième semaine, presque tous les autres organes commencent à se former. Soudain, je me rendis compte que ceux-ci étaient protégés par une membrane faite du même tissu intestinal et nerveux que l’embryon originel. C'est alors que je pris conscience que l’intestin primitif protège chaque organe avec une membrane.

Soudain j’y voyais plus clair. C’est de cette façon que les enfants héritent des faiblesses génétiques de la mère et du père : à travers le tissu intestinal et nerveux qui, plus tard, formera la membrane qui protégera et couvrira le reste des organes. Là où l’intestin a une faiblesse inhérente, l’organe qui s’est développé a partir de cet endroit de l’intestin héritera de la même faiblesse inhérente. Voilà la clef du syndrome de l’arc neurale. À ce moment là je pouvais voir de quelle façon certaines zones de l’intestin se reflétaient et étaient liées directement à certains organes spécifiques. N’importe quelle faiblesse génétique intestinale pourrait toucher l’organe qui était lié à cette partie intestinale. La réduction de toxines ou d’aliments de l’un n’affecte pas à l’autre. Cela entraine que cette partie de cet organe ait de plus fortes chances de subir un trouble et, par conséquent, de provoquer le développement d’une maladie.

Quand je parle de ces tissus qui sont génétiquement faibles, je les appelle "faiblesse inhérente" et pratiquement tous mes étudiants et mes patients comprennent que lorsque je parle d’un organe de faiblesse inhérente, je fais référence à l’organe qui est le plus vulnérable et qui a le plus de possibilités de subir un manque nutritionnel ou une intoxication plus importante que le reste des organes « normaux ». Un organe à faiblesse inhérente peut cesser de fonctionner et tomber malade très facilement. Nous avons tous nos faiblesses inhérentes depuis notre naissance et elles nous suivrons tout au long de notre vie.

L’auto-intoxication provoquée par le manque d’activité des canaux d’excrétion provoque une sensation de fatigue et d'irritabilité immédiate. C’est ce qu’enseignait le Docteur Tilden. Le début de toute maladie est la toxémie et la faiblesse de l'activité intestinale. Je pus confirmer les enseignements du docteur Tilden. Ses théories étaient justes, même s’il ne savait pas pourquoi. Je rassemblai tous les morceaux du puzzle et, finalement, je pus voir le dessin complet avec clarté.

Nous commençons à vivre avec toutes les faiblesses héritées de nos parents. Notre santé dépend surtout de cette information génétique qui nous est transmise. S’il se produit une condition défavorable dans un de ces points faibles de l’instestin , celle-ci apparaîtra aussi sur d’autres parties du corps, provoquant un problème à un endroit probablement très éloigné de la source du trouble. Dû à une insuffisance de nerfs conducteurs, un message nerveux “de douleur” n’est pas transmis à partir de l’intestin, et le patient ne souffre pas de la zone intestinale, et n’a aucune raison de penser que le problème y réside. C'est pourquoi le docteur ausculte les seins, le dos et le pancréas, tandis que la source de cette douleur demeure intacte. D’après mes explications, le lecteur peut comprendre que là où se trouve cette faiblesse inhérente dans l’intestin, elle se reflète de façon directe sur l’organe qui s’est développé à partir de cette même partie de l'intestin. Pour prendre soin de nos faiblesses inhérentes, nous devons prendre soin de tout notre corps, mais toujours en donnant priorité à l’intestin. Si nous prenons soin de façon correcte de notre intestin, nous pourrons en tirer le plus grand bénéfice et obtenir, par conséquent, une parfaite santé.

Une fois que j’ai réussi à comprendre tout cela, j’ai enfin saisi toute la loi de guérison de Hering ! « Toute guérison va de l’intérieur vers l’extérieur (de l’intestin jusqu’à d’autres parties du corps), de la tête aux pieds (des centres de contrôle des organes cérébrauxdu cerveau jusqu’aux autres organes auxquels ils sont connectés) et vice-versa, à mesure que les symptômes surgissent (étant l’inverse cet état provoqué par une crise de guérison, et l’élimination de n’importe quelle substance toxique liée autant à l’intestin qu’aux autres organes impliqués dans cette contradiction de malaise et maladie). »

Je comprenais tout très clairement : l’intestin est roi. Et, si nous prenons soin du roi, celui-ci prendra soin de son royaume, c'est à dire de notre corps. C’est pour cette raison qu’il est si important de prendre soin de notre intestin en le conservant propre et bien nourri. Si nous veillons à nos habitudes alimentaires quotidiennes, et à notre manière de penser, nous pallierons n’importe quelle faiblesse intestinale inhérente et tous les organes qui peuvent être affectés. Toute force inhérente est capable de prendre soin d’elle-même.

Le nettoyage intestinal ne guérit pas tout, mais tous mes patients se sont sentis mieux avec le renouvellement des tissus. Je pense donc que cela a été « ma plus grande découverte ». Je me demande souvent pourquoi j’obtiens de si bons résultats avec mes patients. Depuis ma découverte je suis conscient que cela est dû, premièrement, au fait que je prenne toujours soin de l’intestin. J’ai beaucoup de témoignages de patients qui ont suivi mes conseils de nutrition et d’élimination, et dont la santé s’est notablement améliorée. En plus de tous ces témoignages il existe des centaines de patients qui me sont très reconnaissants pour leur " nouvelle vie ". Tout le monde n’a pas besoin de subir des hydrothérapies du côlon pour obtenir d’incroyables résultats, mais faut tenir compte que la nature est lente et les lavements favorisent le processus de guérison, de régénération et de rénovation des tissus. Après tout, le nettoyage intestinal est une guérison naturelle et « artistique », et non pas un traitement « artistique ».